Conseil National de Concertation et de Coopération des Ruraux

>accueil > Salle de presse > Revue de presse > Les éleveurs redoutent la sécheresse de 74

Les éleveurs redoutent la sécheresse de 74 Enregistrer au format PDF Envoyer

Article de PressAfrik sur les craintes des éleveurs face à une éventuelle sécheresse.

La pluie n’a presque pas été au rendez-vous durant l’hivernage. En effet, les éleveurs du foirail de Diamageuene Sicap Mbao regroupés sous le label « syndicat des éleveurs de la nouvelle génération » disent craindre le pire. Vu que le bétail n’a plus rien à pâturer.

Les éleveurs sont sous la hantise d’une sécheresse, surtout qu’ils se souviennent des tristes réalités des années 74, 84 et 83. Ils ont soutenu que "depuis cette date, des éleveurs avaient tous perdu. Et c’est ce que nous n’accepterons pas de revivre". Vue la rareté des pluies cette année, la zone silvo-pastorale est dévastée par le bétail mauritanien. Et de fait, le spectre de la sécheresse de 1974 plane sur les animaux. Les éleveurs du foirail de Diamagueune Sicap Mbao, sous la bannière de "Syndicat des éleveurs de la nouvelle génération" ont averti l’Etat sur une possible confrontation entre eux et les éleveurs mauritaniens.

Selon le porte-parole, une convention avait été signée entre le Sénégal et la Mauritanie dans les années 80. "Le bétail mauritanien pouvait pénétrer dans la zone silvo-pastorale afin d’y trouver de quoi vivre. Mais cette convention nous porte préjudice de nos jours. Vue la rareté des pluies cette année le spectre de la sécheresse de 1974 plane sur nos bêtes", fait-il remarquer Abdou Dia.

Pour ce dernier, la superficie des pâturages se rétrécit et le troupeau devient de plus en plus nombreux. Donc, l’espace devient trop minime pour les animaux. Ce qui lui fait dire que "les mauritaniens n’ont plus le droit de laisser leur troupeau traverser le fleuve Sénégal pour venir brouter tout ce qui se trouve dans notre pays". Et d’ajouter que "nous allons nous défendre avant de mourir". Dans un autre chapitre, Salla Kâ est revenu sur le fait que l’Etat doit réagir et vite. "Si les autorités ne font rien nous irons voir les familles religieuses avant tout. Et si l’Etat reste muet, nous interdirons les troupeaux venant d’autres pays de boire de l’eau au forage. Il n’existe plus rien dans le Walo et le Diery. Tout est dévasté par les troupeaux mauritaniens".

La tension ainsi risque d’imploser, d’ici à un mois, date de l’ultimatum.

PressAfrik, le 2 Janvier 2012, par Abdoul K. Diop (Correspondant dans la banlieue)

Revue de presse

Actualités

Trois questions… à Jean-Marc Cormier, volontaire du Centre d'étude et de coopération internationale (CECI), conseiller en communication auprès du CNCR et de la FONGS-Action paysanne 01-08-2014
La première des autonomies est l'autonomie alimentaire. C'est l'œuvre que veulent accomplir les exploitations familiales agricoles au Sénégal, déclare Jean. M. Cormier 1) Après avoir passé quatre années avec le CNCR et la FONGS – Action paysanne, quelle impression ressentez-vous à (...)

Sécuriser la production nationale 01-08-2014
Le responsable de la cellule d'appui du Conseil National de Concertation et de Coopération des ruraux (Cncr) estime que si les campagnes agricoles créent plus de problèmes qu'elles n'offrent de solutions, c'est que, aussi bien l'Etat que les industriels, n'aident pas les paysans sénégalais à (...)

Sécuriser la production nationale : Les leçons de Marius Dia (coordonnateur du CNCR) 01-08-2014
Le coordonnateur de la cellule d'appui technique du Conseil national de coordination et de coopération des ruraux (Cncr) estime que si les campagnes agricoles créent plus de problèmes qu'elles n'offrent de solutions, c'est que, aussi bien l'Etat que les industriels, n'aident pas les paysans (...)



Bulletins et nouvelles
liste
Agenda
<<   août 2014   >>
lumamejevesadi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda

Haut de page
Adresse civique
Conseil national de concertation et de coopération des ruraux
lotissement CICES, lot 58 A
Dakar, Sénégal
  Adresse postale
Conseil national de concertation et de coopération des ruraux
BP 249, Poste R.P.
Dakar, Sénégal
  Téléphone
+221 33 827 74 53
Fax
+221 33 827 70 88