Conseil National de Concertation et de Coopération des Ruraux

>accueil > Salle de presse > Revue de presse > Evaluation de la présente campagne agricole : Le Cncr inquiet de (...)

Evaluation de la présente campagne agricole : Le Cncr inquiet de l’installation précoce de la soudure en zone rurale Enregistrer au format PDF Envoyer


Deux mois seulement après la fin de l’hivernage, la soudure, cette période des vaches maigres qui coïncide à l’épuisement des réserves vivrières dans le monde paysan, commence à s’installer dans le monde rural. C’est le terrible constat fait par le Cadre national de concertation des ruraux (Cncr). Lequel cadre, en conclave, hier à Thiès, procédait à l’évaluation de la présente campagne agricole après une tournée effectuée dans la région pour se faire une idée de l’état des lieux. Aussi, le constat unanime des ruraux a-t-il été que la campagne agricole est simplement catastrophique. Sinon, disent-ils, comment comprendre que deux mois seulement après la fin de l’hivernage les stocks en vivres soient presque totalement épuisés ? Une question dont la réponse, selon eux, va de soi. Les récoltes n’ont pas été bonnes.

Cette situation qui va se traduire par au moins sept mois de soudure au lieu de deux en temps normal, est, si l’on en croit Adama Diop, secrétaire général du comité local de concertation des organisations paysannes, Clcop, de Tassette, la conséquence d’une mauvaise politique agricole de l’Etat. Une politique qui, dit-elle, a simplement échoué. En effet, fait-elle savoir, les raisons de cette catastrophique campagne agricole tournent autour du retard énorme accusé dans la mise en place des semences, leur mauvaise qualité et l’insuffisance de ces semences et des intrants. Ces difficultés, poursuit-elle, viennent s’ajouter à la politique discriminatoire dans la mise en place du matériel agricole qui n’atteint pas sa véritable cible mais aussi à l’inaccessibilité de la terre.

De façon plus explicite, le secrétaire général du Clcop de Tassette fera savoir que sur 100 tonnes de semences d’arachide qui ont été distribuées dans ladite communauté rurale, la production n’a même pas atteint 20 tonnes. Pis, poursuit-elle, les graines récoltées sont de piètre qualité. Sans compter, dit-elle, qu’avec l’installation en dents-de-scie de l’hivernage, la production en mil a été très faible. Aussi, le kilogramme de mil est vendu à 200 francs Cfa alors qu’à pareille époque, il se négociait entre 100 et 120 francs Cfa. Un autre problème soulevé par les ruraux est consécutif à l’épineuse question de l’accaparement des terres au détriment des vrais exploitants agricoles. Lesquels se voient de plus en plus réduits au statut de paysan sans terre. Pour simplement dire des hommes sans aucune activité productrice de revenus.

Même son de cloche du côté de Ndiaga Wade, Responsable épargne et crédit de l’Ugpm de Darou Khoudos. Selon ce dernier, la production en mil dans l’ensemble des 78 villages de la communauté rurale n’atteint pas 10 tonnes. Une situation dont l’Etat est entièrement responsable. Car, selon lui, comment comprendre que sur un budget national qu’on dit de 2 mille milliards seuls 90 milliards, moins de 10 % soient alloués au secteur de l’agriculture avec ses trois composantes que sont l’agriculture, la pêche et l’élevage. Surtout, dit-il, quand on sait que ce secteur regroupe plus des ¾ de la population active du pays.

A la question de savoir ce qu’ils attendent aujourd’hui de l’Etat, la réponse a été sans appel. Rien, disent-ils. Ce d’autant, poursuivent-ils, que tout ce qu’ils auront à dire ne sera que des redites. Toutes les questions ont déjà été posées et sont malheureusement demeurées sans suite. Aussi, disent-ils n’avoir plus aucun recours sinon que de s’en remettre à Dieu.

Sénégal Business (http://senegal-business.com/2012/01/evaluation-de-la-presente-campagne-agricole-le-cncr-inquiet-de-l%E2%80%99installation-precoce-de-la-soudure-en-zone-rurale/) - 19 January 2012.

Revue de presse

Actualités

SÉNÉGAL - ENTREPRENEURIAT : l'agrobusiness est un moyen d'autonomiser la jeunesse (économiste) 21-07-2014
L'économiste Pape Ibrahima NDIAYE a insisté, samedi, sur importants les enjeux économiques et politiques de l'agrobusiness en rappellent que ce secteur est un moteur de croissance et permet de réduire la facture alimentaire, de manière considérable, et d'élargir l'assiette fiscale en ouvrant (...)

La boulimie foncière, un frein à l'agriculture 16-07-2014
La visite du ministre de l'agriculture et de l'équipement rural, Pape Abdoulaye Seck, hier lundi 14 juillet, a permis de constater que des terres destinées à l'agriculture sont plutôt loties et servent désormais d'habitations. Pire, les principaux acteurs se rejettent la responsabilité. - Revue (...)

Un projet d'appui à l'élevage présenté aux éleveurs du centre 15-07-2014
Le Projet régional d'appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS), une initiative de six pays africains et de la Banque mondiale (BM), a été présenté lundi aux éleveurs des régions de Fatick, Kaffrine et Kaolack (centre). Les éleveurs étaient invités à "partager" ce projet élaboré par les pays (...)



Bulletins et nouvelles
liste
Agenda
<<   juillet 2014   >>
lumamejevesadi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda

Haut de page
Adresse civique
Conseil national de concertation et de coopération des ruraux
lotissement CICES, lot 58 A
Dakar, Sénégal
  Adresse postale
Conseil national de concertation et de coopération des ruraux
BP 249, Poste R.P.
Dakar, Sénégal
  Téléphone
+221 33 827 74 53
Fax
+221 33 827 70 88