Conseil National de Concertation et de Coopération des Ruraux

>accueil > Salle de presse > Revue de presse > Impulsion de la recherche agro-sylvo pastorale : Le cadre de concertation (...)

Impulsion de la recherche agro-sylvo pastorale : Le cadre de concertation des institutions de recherche porté sur les fonts baptismaux Enregistrer au format PDF Envoyer

« Une dizaine d’organisations publiques et privées de recherche agricole et agro-alimentaire ont porté sur les fonts baptismaux le Cadre de concertation de la recherche agricole et agroalimentaire », rapporte le quotidien Walfadjri.

Une dizaine d’organisations publiques et privées de recherche agricole et agro-alimentaire ont porté sur les fonts baptismaux le Cadre de concertation de la recherche agricole et agroalimentaire. L’objectif principal de ce nouveau cadre est de mettre en synergie les ressources humaines, financières et matérielles de ces institutions afin de contribuer à l’atteinte des objectifs de développement durable par la science et la technologie.

En 2008, 7 859 chercheurs ont été répertoriés dans les structures publiques et privées du Sénégal. Parmi ceux-ci, 3 % interviennent dans les sciences agricoles. Mais, jusqu’avant la mise en place du Cadre de concertation de la recherche agricole et agroalimentaire, les organismes de recherche publics et privés qui travaillent sur ces thématiques ont toujours entretenu des relations et des collaborations occasionnelles, voire informelles.

C’est pour mettre fin à cette tendance que le Système national de recherches agro-sylvo pastorales (Snrasp), après dix ans de travail, a abouti à la décision de systématiser la coopération entre les structures nationales ayant des compétences et capacités de recherche dans les domaines agricoles et agroalimentaires. Le nouveau cadre de concertation mis en place regroupe des Ong, des utilisateurs, le secteur privé, les universités et autres institutions d’enseignement supérieur et institutions de recherche. Il devrait ainsi contribuer, d’après le président du Système national de recherches agro-sylvo-pastorale (Snrasp), Moussa Fall, ‘à décloisonner les différentes institutions et à favoriser l’émergence d’équipes de recherche performantes sur la base de leurs avantages comparatifs’.

A en croire toujours le président du Snrasp, le cadre de concertation dont le protocole a été ratifié, hier, constitue ‘un puissant levier de collaboration et d’échanges’. Et, constitue en même temps, selon lui, ‘un signal fort adressé à tous les enseignants-chercheurs et à tous les chercheurs pour les inciter à travailler ensemble et à faire face, de façon solidaire, à l’immense défi que constitue notre capacité à être compétitif et à participer à l’émergence des technologies d’avant-garde ; dans un secteur où la mondialisation s’affirme avec force et rapidité’.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr Amadou Tidiane Bâ, n’a pas dit autre chose. Pour lui, ‘la proposition du Snrasp de mettre en place un cadre formel de concertation entre les institutions de recherche agricole et agroalimentaire vient à son heure’.‘La mutualisation de nos moyens et la mise en place de synergies, dans un secteur aussi crucial que l’agriculture, sont indispensables pour l’avenir de nos institutions d’enseignement et de recherche’, indique le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Et, cela d’autant plus que nos principales structures de recherche n’ont pas les ressources humaines, financières et physiques suffisantes pour relever les multiples défis de l’agriculture sénégalaise. Il s’est engagé à soutenir le nouveau cadre formel qui vient d’être créé.

Le président de l’Académie des sciences et techniques du Sénégal, le Pr Amadou Lamine Ndiaye, ancien recteur de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis a été élu à la présidence tournante de ce cadre pour un an. Le nouveau président a promis de renforcer la fonctionnalité et la synergie du nouveau Cadre de concertation de la recherche agricole et agroalimentaire.

Walfadjri, le 26 janvier 2012, par Mamadou SARR

Revue de presse

Actualités

Moustapha Sourang explique les axes majeurs de la nouvelle réforme foncière 17-02-2015
L'un des principaux axes de la réforme foncière en gestation réside dans l'établissement de baux emphytéotiques permettant de s'ouvrir à l'agrobusiness tout en garantissant aux paysans un droit de propriété leur assurant de prétendre à des financements auprès des banques, a souligné lundi à (...)

Gel des importations de pomme de terre à partir du 15 février 09-02-2015
Le gouvernement va geler les importations de pomme de terre pendant quatre mois, à compter du 15 février prochain, a annoncé samedi à Cayar (ouest) le directeur de l'horticulture, Macoumba Diouf. Cette mesure permettra aux producteurs de légumes d'écouler la production nationale de pomme de (...)

Moustapha Sourang : "Il faut clarifier le régime foncier sénégalais" 06-02-2015
Le président de la Commission nationale des réformes foncières (CNRF), le professeur Moustapha Sourang, a appelé, jeudi à Dakar, à une clarification du régime foncier sénégalais, indiquant que la CNRF réfléchit à un mécanisme de gestion des conflits fonciers. ‘‘D'ici décembre, nous (...)



Bulletins et nouvelles
liste
Agenda
<<   février 2015   >>
lumamejevesadi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
2324252627281
Il n'y a aucun évènement à venir pour ce mois dans l'agenda

Haut de page
Adresse civique
Conseil national de concertation et de coopération des ruraux
lotissement CICES, lot 58 A
Dakar, Sénégal
  Adresse postale
Conseil national de concertation et de coopération des ruraux
BP 249, Poste R.P.
Dakar, Sénégal
  Téléphone
+221 33 827 74 53
Fax
+221 33 827 70 88