Journées Nationales de Réflexion et de Propositions pour le Développement de l’Aviculture Traditionnelle

Les 8 et 9 Novembre 2018 à Kaolack, sous la présidence de l’Adjoint du Gouverneur en charge des questions économiques, le CNCR a organisé des Journées nationales de réflexion et de propositions pour le développement de  l’aviculture traditionnelle.

Ces journées  ont été pilotées par la Fédération des Acteurs de la Filière Avicole (FAFA) membre du CNCR en partenariat avec le Ministère de l’Elevage et des Productions Animales, de l’Interprofession des Producteurs Avicoles du Sénégal (IPAS), du Projet d’Appui aux Filières Agricoles (PAFA-E). On a noté la participation d’une trentaine de personnes représentant les principaux groupes d’acteurs concernés par la problématique du développement de l’aviculture traditionnelle au Sénégal notamment l’Ecole Inter-Etat des Sciences et Médecine Vétérinaires (EISMV) et l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA).

Ces journées nationales avaient comme objectifs de faciliter la mise en place d’une coalition nationale pour le développement rapide de l’aviculture traditionnelle notamment au bénéfice des populations vulnérables (femmes et jeunes) ; de Formuler des propositions opératoires en vue de lever de manière coordonnée et durable, les principales contraintes au développement de l’aviculture traditionnelle. En effet, la filière avicole du Sénégal a consolidé ses avancées amorcées depuis 2005 et se positionne comme un secteur clé contribuant à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à la création de richesses et d’emplois. Elle contribue également au dynamisme des économies locales et des systèmes alimentaires territoriaux. Toutefois, l’aviculture traditionnelle se caractérise par une pratique extensive, une faible orientation commerciale, une faible productivité zootechnique et de fortes mortalités. En améliorant les conditions d’élevage et en diminuant les mortalités liées aux épizooties, les performances actuelles de l’aviculture traditionnelle pourraient progresser de manière significative. C’est le défi que veut relever le mouvement paysan à travers le CNCR.

Les journées se sont déroulées selon une démarche pédagogique avec une mise en contexte et une Communication introductive sur l’aviculture au Sénégal entre autre et une communication sur les maladies émergentes en milieu avicole faites par des Experts du Ministère de l’élevage et des Productions Animales et complétée par des contributions et témoignages. Par la suite, il y a la communication sur l’état des lieux de l’aviculture traditionnelle au Sénégal faite par un Expert de l’ISRA et complétée par des contributions. Des interventions ont été faites sur "l’aviculture traditionnelle en tant que levier de la transformation des exploitations familiales" et sur les limites et atouts de l’accompagnement de l’aviculture traditionnelle.  Une communication sur les opportunités pour le développement de l’aviculture traditionnelle a été faite  par un Expert du Ministère de l’élevage et des productions animales. L’école Inter-Etat des Sciences et Médecine Vétérinaires (EISMV) a présenté son innovation à savoir la poussinière MISSAG en tant qu’outil d’amélioration de la survie des poussins en aviculture familiale. Aussi une visite guidée a été faite pour découvrir la Coopérative Nationale Aviculture Villageoise appuyée par le PAFA-E. 

On a également noter un temps de préconisation et de planification qui ont conduit les participants en travaux de groupes de réfléchir sur les points suivants: I°) Identification et caractérisation des actions prioritaires à court et moyen terme ; 2°) Conditions de mise en place d’une coalition nationale pour le développement de l’aviculture traditionnelle.

Les travaux de groupes ont permis aux participants de formuler plusieurs recommandations à différents niveaux : en matière d’amélioration des pratiques d’élevage, il est proposé  des actions de masse sur la santé de la volaille par l’information et la sensibilisation sur la vaccination et la biosécurité ; Campagne de vaccination spécifiques et de masse au moins pour la variole, Newcastle et parasitose ; Formation de masse de vaccinateurs villageois et de relais en aviculture traditionnelle ; Faciliter l’accès aux vaccins et adapter le conditionnement. Aussi des actions de masse sur l’alimentation doivent être menées par notamment la Vulgarisation de fiches techniques de fabrication d’aliments ; Formation à grande échelle sur la fabrication d’aliments volailles à partir de ressources locales. Sur l’habitat, les participants ont proposé qu’il y ait information et vulgarisation de masse de modèles de poulaillers améliorés ; Vulgarisation de masse de poussinières adaptées (exemple MISSAG). Sur l’amélioration génétique, il est préconisé notamment de définir une stratégie nationale de conservation et de contrôle du patrimoine génétique (L’EISMV se dit disponible pour mettre en place un pool de Chercheurs) ; Outiller la Recherche sur l’amélioration des performances des souches locales.

En matière de mise en marché des produits et de financement, il a été recommandé : la structuration de la filière aviculture traditionnelle ; Mettre en place et diffuser largement un modèle économique pour accompagner l’orientation marché ; Mise en place de mécanismes de financement adaptés ; Généraliser la mise en place de plateformes de services en aviculture traditionnelle ; Mise en place de lignes de crédit spécifique à l’aviculture traditionnelle et Promouvoir la discrimination positive ; Intégrer l’aviculture traditionnelle dans l’Assurance Agricole 

Espace Multimédia

Suivez-nous

Agenda

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • 10août 2016

    10-12 aout 2016 Atelier de renforcement et finalisation de la contribution de la société civile à la revue conjointe du secteur agricole

    L'atelier a lieu du 10 au 12 aout 2016. Les résultats attendus :

    L'atelier a lieu du 10 au 12 aout 2016. Les résultats attendus :

    • les participants sont informés sur le processus de la RCSA 2015 ;
    • La contribution de la société civile sur le rapport provisoire de la RCSA 2015 est enrichie ;
    • L’organisation du GDPS est renforcée pour une meilleure participation de la société civile dans le processus des RCSA et de mise en œuvre des politiques agricoles au Sénégal ;
    • Elaborer une feuille de route pour une meilleure participation de la Société civile dans le processus de formulation du PNIA deuxième génération.

Actualités

Scroll To Top